vendredi 4 décembre 2009

Tabac dans l'horeca: Di Rupo a-t-il eu peur des libéraux? Serait-il moins à l'aise qu'il n'y paraît?

Le président du PS Elio Di Rupo en a surpris plus d'un, y compris dans son propre parti, lorsqu'il a invité sur son blog à s'écarter du projet inscrivant le principe d'une interdiction de fumer dans tout l'horeca à partir de 2012. Voté au Sénat, ce texte remettait en cause un compromis de la majorité acquis à la Chambre en vertu duquel le tabac serait interdit dans l'horeca en 2010 à l'exception des cafés n'offrant pas de restauration. Voulant aller plus loin en annonçant l'interdiction totale en 2012, les partis chrétiens avaient réussi, au Sénat, à convaincre le PS de laisser en plan les libéraux, plus pragmatiques. A la grande fureur du docteur Bacquelaine (MR), le texte était passé au Sénat via une majorité alternative, les écologistes défendant eux aussi l'interdiction totale.
Le projet doit encore repasser par la Chambre mais le président du PS Elio Di Rupo vient donc d'indiquer que son parti abandonne finalement l'idée d'annoncer à ce stade l'interdiction de fumer dans tout l'horeca dès 2012, flinguant ses troupes, du docteur Mahoux (PS) à la ministre de la Santé Laurette Onkelinx. Elio Di Rupo a-t-il eu peur des libéraux, de l'instabilité au sein de la majorité, ou de la réaction des clients des cafés populaires ou... des maisons du peuple? Officiellement, il a dit vouloir laisser le temps au secteur de se préparer, ne pas le mettre plus en difficulté sur le plan économique qu'il ne l'est aujourd'hui. Ce revirement du PS est à présent vécu comme une trahison au CD&V qui entend s'assurer de la loyauté de ses partenaires sur d'autres dossiers parlementaires où la majorité a des difficultés à apparaître unie: écoutes téléphoniques de la Sûreté, réforme des assises, recueil des données électroniques, autant de textes qui concernent le cabinet du ministre CD&V de la Justice Stefaan De Clerck. Déjà en difficulté sur les plans institutionnel et socio-économique alors qu'il est à peine réinstallé, le Premier ministre Yves Leterme a convoqué une réunion de concertation. Les partis de la majorité ont finalement décidé de faire débuter l'interdiction totale au 1er janvier 2014, soit 2 ans après la recommandation de la Commission européenne. Ils ne voteront donc pas en ordre dispersé. C'est dommage, on commençait à apprécier cette vague de parlementarisme digne des récentes frondes au sein de l'UMP au Sénat français (dont celle sur la TVA dans l'horeca). La particratie a vite repris ses droits.

Durum

2 commentaires:

Ø a dit…

De toutes les raisons que vous avez évoquées, la seule est la crainte d'Elio Di Rupo de voir se fermer les dernières maisons du peuple. Cette loi aura pour effet d'en chasser les derniers piliers, ceux qui fument et accompagnaient Berthe Sylva en chantant "du gris, qu'on roule entre ses doigts"

himself a dit…

Dieu est un fumeur de havane, c'est bien connu. Fume, c'est du belge.