mardi 3 mars 2009

Vent de révolte et fornication à l'ambassade

C'est curieux, mais il existe une ambassade de Belgique en Belgique. Un drôle de privilège réservé aux pays hôtes d'institutions internationales, comme l'Union européenne. Il y a donc une représentation permanente belge auprès de l'UE, dont le locataire actuel, étiqueté socialiste, s'appelle Jean De Ruyt.
L'homme avait fait parler de lui en 2003, alors qu'il était ambassadeur aux Nations Unies. Il avait fait poireauter sur le trottoir new-yorkais la petite centaine de personnes que le consul-général belge à New-York, Stéphane De Loecker (étiqueté MR), avait invitées à sa résidence à l'occasion de la fête de la dynastie. Lassé de voir son appartement de fonction servir aux réceptions de son collègue, M. De Ruyt avait tout simplement omis de remettre les clés. L'incident, qui est relaté dans les annales du Sénat, avait fait se gausser toute la diplomatie belge.
Une nouvelle mésaventure dînatoire est à l'origine d'un désagrément pour l'ambassadeur. Il semble en effet qu'une secrétaire de la représentation permanente à Bruxelles ait invité les convives d'une réception... à une mauvaise adresse. Congédiée, cette personne a adressé à M. De Ruyt une lettre d'autant plus amusante que quelques journalistes en étaient également les destinataires.
Hakima H. n'épargne aucun des petits travers (supposés) de l'ambassadeur. "Quel genre de diplomate prendrait les cadeaux tout en refusant de rencontrer les invités si ce n’est un avare, radin et profiteur?" s'interroge-t-elle, tout en nuance. Elle poursuit: "Vous excellez dans l’art d’utiliser les gens en les faisant travailler au noir alors qu’un budget vous est octroyé tous les mois pour organiser vos réceptions. Le comble a été atteint lorsque vous avez voulu resservir de la nourriture datant de 2 jours pour une autre réception (question d’économie, je suppose)."
La suite devient carrément scabreuse. "Passer ses mains sous un jet d’eau après avoir fait ses petits besoins n’est pas un luxe mais un respect pour les invités à qui vous serrez la main", note-t-elle (avec raison). L'e-mail se conclut par de mystérieux remerciements au chauffeur, qu'elle encourage à "poursuivre ses fornications bureautiques".
Il n'est pas certain que ce dernier incident terminera dans les annales. Mais, dans les salons lambrissés, on pourrait continuer de se gausser un petit peu aux dépens de M. De Ruyt.

Colonel Moutarde

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Mon chef est incompétent et en plus il chie en lisant son journal ! Si vous voulez, je vous donne son nom pour que vous le publiiez...

Colonel Moutarde a dit…

@anonyme
Certes, il ne s'agit pas pour la Boulette de virer à la délation. Seulement de rire un brin avec un e-mail farfelu.

Anonyme a dit…

Courageux La Boulette et ses délations anonymes...