dimanche 16 novembre 2008

L'asbl Dolor défend-elle l'actionnaire de Fortis ou vise-t-elle la déstabilisation de l'Etat?

Parmi les chevaliers blancs qui s'enorgueillissent de promouvoir la défense des petits actionnaires de Fortis, on trouve l'asbl Dolor, auteure d'une plainte au pénal contre le gouvernement.
C'est cette même asbl qui avait divulgué un scoop relayé sans vérification par Le Soir Magazine, selon lequel le Premier ministre Yves Leterme, le ministre des Finances Didier Reynders et les représentants de Fortis s'étaient vus le 20 août dernier et étaient au courant depuis lors de la situation du banquier.
Le Premier ministre et le ministre des Finances ont démenti l'information, soulignant qu'à cette date ils se trouvaient aux JO de Pékin.
Sans vouloir se prononcer sur le fond de l'affaire, il est bon de gratter un peu et voir qui se cache derrière cette noble association, Dolor, dont les visées sont peut-être plus larges que la simple défense du petit actionnaire.
Son principal responsable, Hendrik Boonen, est membre de Vlott, un groupuscule politique anversois dirigé par le sénateur Hugo Coveliers et allié au Vlaams Belang. A Anvers, Hendrik Boonen est d'ailleurs relativement connu dans le milieu. Il est passé ces dernières années par tout ce que la métropole a connu comme groupuscules fascistes, antipolitiques et populistes.
Il est étonnant que la presse traditionnelle ne l'évoque pas. Il est aussi étonnant qu'alors qu'existe dans la presse francophone un cordon sanitaire, Le Soir Magazine se laisse aller à colporter sans les vérifier les allégations de ces tristes sires.
Dolor, dolor!

Durum

2 commentaires:

walli a dit…

Pere UBU en a parlé 2x déjà en faisant la même analyse... dès septembre

Anarcho-cultivateur a dit…

Je ne suis pas certain que notre ami Durum lise cette feuille de choux poujadiste. Il doit préférer Charlie-Hebdo, si vous voyez ce que je veux dire...