dimanche 5 juillet 2009

Bowling for Herstal

Le 8 juin, le ministre-président wallon, Rudy Demotte, a delivré à la Fabrique Nationale (FN) une licence d’exportation d’armes vers la Libye. Cette décision, prise très courageusement le lendemain des élections, à un moment où la presse avait la tête ailleurs, soulève peu les passions. Elle permettra à l’entreprise herstalienne d’honorer une commande de trois mille armes, dont 2.000 dites à létalité réduite (un euphémisme exécrable qui peut prendre place à côté des frappes chirurgicales avant –qui sait ?- les armes à destruction plus ou moins massive ou les mines à faible handicap), passée par un régime exemplaire et surmilitarisé, de retour en grâce auprès des démocraties occidentales (après la Galerie des glaces à Versailles, une virée en kayak sur la Lesse et un week-end gastronomique à la Barrière de Champlon attendent Khadafi). Les avertissements lancés par les défenseurs des droits de l’homme et le malaise palpable des Affaires étrangères n’y ont rien fait. Une fois de plus, le lobby militaro-industriel wallon a eu gain de cause. Il est de bon ton de dénoncer le commerce des armes aux Etats-Unis, de s’émouvoir devant « Bowling for Columbine », de se dire « ils sont fêlés ces américains » mais à notre petite échelle régionale, le silence est de mise. Au lieu de cracher sur Charlton Heston, en espérant que leur salive passera l’Atlantique, certains beaux esprits feraient mieux de s’interroger sur le pouvoir du lobby militaro-industriel en Belgique. Certes, pas de guerre déclenchée pour remplir les poches de quelques entreprises mais tout de même : la chute d’un gouvernement quand il s’est agi d’une vente à l’Arabie Saoudite, la régionalisation de la compétence quand il s’est agi d’une vente au Népal (ah, cette « jeune démocratie naissante », si chère à Louis Michel), une crise ministérielle et une copieuse indemnité à une société du Groupe Forrest quand il s’est agi d’une vente à la Tanzanie. Et toujours les mêmes arguments : attention, le chômage (la FN se porte très bien, merci pour elle), si c’est pas nous ce sera d’autres (magnifique : sur les cours de récréation, passé l’âge de 6 ans, on n’ose même plus), autant faire une sale guerre avec des armes propres, etc. Et les entreprises n’ont pas besoin de faire de pétard, les politiques liégeois s’en chargent, tous partis confondus, même Ecolo qui a soutenu la licence libyenne, et les syndicats qui osent tout. Lorsqu’en 2003, Van Cau refuse à New Lachaussée la licence vers la Tanzanie, la FGTB-Métal de Liège se fend d’un communiqué odieux : c’est la faute aux fonctionnaires flamands du fédéral, ni plus, ni moins. La 5e colonne, les agents doubles payés par l’étranger… On croit rêver. Manifestement, la solidarité s’arrête aux frontières de la principauté. Les libertés syndicales n’ont pas plus cours en Libye que les autres et tout qui prétend défendre les droits des travailleurs se fera tirer dessus. Et lorsqu’Onkelinx veut limiter drastiquement le commerce et la détention d’armes, c’est la levée de boucliers. Avez-vous remarqué que dans tous ces grands dossiers où l’éthique est foulée aux pieds (FN, Francorchamps, loi sur les armes), on voit se lever deux aigles de la politique wallonne, deux qui vous font croire qu’un autre avenir est possible, deux visionnaires au regard tourné vers l’horizon : Jean-Marie Happart et Philippe Monfils… Baf, ça, c’est du lourd, du solide…

Non, vraiment, pas mieux que Charlton Heston.

Mexicano

2 commentaires:

Ø a dit…

Pourriez-vous nous parler de l'industrie de l'armement flamande ?

Ah bon, il n'y en a pas...

No one is innocent a dit…

1) Je pense qu'en Wallonie, les syndicats sont plus puissants que le supposé lobby militaro-industriel. Et comme les syndicats ne veulent pas annoncer à des milliers (?) de travailleurs qu'ils doivent se reconvertir dans le sirop de liège ou dans la production industrielle de boulets sauce lapin, nous avons une unanimité politique pour vendre des armes à nos charmants partenaires de la Grande jamahiriya...
2) Et puis, qu'est-ce qu'on peut encore produire de façon éthique en 2009 ? Des bagnoles pour nous asphyxier encore plus, des bio-carburants qui bouffent des terres agricoles sensées nous nourrir, des villos bulgares à deux balles, du blanc-bleu-belge aux hormones, des médocs réservés aux occidentaux, de l'acier énergivore, des tonneaux de Jupiler pour accroître notre dépendance alcoolique,...
3) Alors, on fait quoi à la place ?